Santé et innocuité du vaccin

Les informations suivantes ont été préparées pour ce site web par des professionnels de la santé et des spécialistes en matière de santé publique à l’aide de sources gouvernementales canadiennes ainsi que scientifiques et médicales. Elles ne visent pas à donner des conseils médicaux. Demandez toujours conseil à un fournisseur de soins de santé qualifié lorsque vous avez des questions au sujet de la vaccination contre la COVID-19.

Si vous vous demandez si vous êtes admissible à recevoir le vaccin contre la COVID-19 dans votre région, ou si vous voulez prendre rendez-vous pour recevoir le vaccin contre la COVID-19, cliquez ci-dessous sur le lien de votre province ou territoire pour obtenir les informations et les options de prise de rendez-vous les plus à jour pour l’endroit où vous vivez.

Colombie-Britannique
Alberta
Saskatchewan
Manitoba
Ontario
Québec
Nouveau-Brunswick
Nouvelle-Écosse
Terre-Neuve-et-Labrador
Île-du-Prince-Édouard
Territoires du Nord-Ouest
Nunavut
Yukon

Les vaccins contre la COVID-19 approuvés pour être utilisés au Canada ne contiennent pas d’œufs, de gélatine, de porc, de bœuf, de produits fœtaux, de mercure, de formaldéhyde, d’aluminium, de thimérosal ou de latex, et ils ne contiennent aucun ingrédient dont l’usage serait interdit pour des raisons diététiques ou religieuses.
La liste complète des ingrédients de chaque vaccin est disponible sur :

Pfizer-BioNTech: https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/covid19-industrie/medicaments-vaccins-traitements/vaccins/pfizer-biontech.html

Moderna: https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/covid19-industrie/medicaments-vaccins-traitements/vaccins/moderna.html

AstraZeneca: https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/covid19-industrie/medicaments-vaccins-traitements/vaccins/astrazeneca.html

Johnson & Johnson: https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/covid19-industrie/medicaments-vaccins-traitements/vaccins/janssen.html

Aucune étape n’a été sautée, et toutes les procédures de sécurité ont été respectées. Les vaccins ont été développés rapidement grâce aux progrès technologiques et à l’accélération des étapes non médicales de l’approbation (processus bureaucratiques et approbations).

Non. La protéine utilisée dans le vaccin n’interagit jamais avec votre ADN et ne le modifie pas. Elle est naturellement détruite dans les heures qui suivent la vaccination, ne laissant derrière elle que les instructions pour la fabrication d’anticorps si vous êtes un jour exposé au virus de la COVID-19.

Le vaccin de Pfizer-BioNTech a été approuvé par Santé Canada pour être utilisé chez les enfants de 12 ans et plus.

Les vaccins de Moderna, d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson ont été approuvés par Santé Canada pour être utilisé chez les personnes de 18 ans et plus.

Des études sont en cours pour déterminer l’innocuité et l’efficacité des vaccins contre la COVID-19 chez les enfants plus jeunes.

Pour le moment, au Canada, les vaccins contre la COVID-19 ne doivent pas être administrés en même temps que d’autres vaccins. Cependant, aux États-Unis, les vaccins contre la COVID-19 et d’autres vaccins peuvent désormais être administrés sans considération de délai, y compris l’administration simultanée d’un vaccin contre la COVID-19 et d’autres vaccins le même jour. Veuillez discuter avec votre prestataire de soins de santé pour savoir si cela est indiqué dans votre cas.

Presque tout le monde pourra recevoir le vaccin en toute sécurité, mais un très petit nombre de personnes pourraient devoir éviter la vaccination en raison d’allergies graves à certains composants du vaccin. Dans le contexte d’un risque continu de COVID-19, la plupart des personnes peuvent se voir proposer la vaccination. En fait, les personnes qui présentent des problèmes de santé sous-jacents et sont extrêmement vulnérables sur le plan clinique peuvent être plus sujettes aux complications de l’infection par la COVID-19 et devraient recevoir le vaccin dès qu’il est disponible pour elles.

En général, vous pouvez recevoir le vaccin contre la COVID-19 en toute sécurité, même si vous vous remettez d’une maladie (par exemple, le zona), mais si vous souffrez d’une nouvelle maladie qui vous empêche de mener vos activités habituelles, vous devriez attendre d’être rétabli avant de vous faire vacciner. Cela permettra de distinguer les effets secondaires potentiels du vaccin d’une aggravation de votre maladie. De plus, attendre d’être rétabli d’une maladie infectieuse permet de ne pas exposer d’autres personnes à un risque d’infection lorsque vous vous faites vacciner.

Si vous présentez des symptômes de la COVID-19, vous devez rester chez vous et vous faire tester.

Presque tout le monde peut recevoir le vaccin en toute sécurité. Il n’y a pas d’inquiétude significative quant à la sécurité des personnes ayant un système immunitaire affaibli ou une maladie auto-immune. Il est possible que le vaccin ne fonctionne pas comme prévu chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Si vous avez des questions et que vous avez un système immunitaire affaibli ou une maladie auto-immune, consultez votre professionnel de la santé.

Les menstruations sont un processus complexe qui peut être influencé par de nombreux facteurs tels que les changements environnementaux, le stress, le sommeil et certains médicaments. La muqueuse utérine est en fait considérée comme une partie active du système immunitaire. Lorsque votre système immunitaire travaille dur parce que vous êtes vaccinée ou malade, vous pourriez constater des changements dans la façon dont l’endomètre réagit. Ainsi, il est possible que le vaccin affecte d’une manière ou d’une autre les menstruations.

Mais il faut garder à l’esprit qu’à chaque fois que l’on considère un grand groupe de personnes, il y a toujours des femmes qui connaissent des changements dans leur cycle menstruel. Des centaines de millions de vaccins ayant été administrés dans le monde, il y aura forcément des femmes dont le cycle menstruel sera modifié. Les chercheurs sont convaincus que les vaccins sont sûrs et qu’il n’y a pas assez de données pour suggérer qu’il y a lieu de s’inquiéter des changements potentiels du cycle menstruel.

Le vaccin contre la COVID-19 n’étant pas excrété après la vaccination, le fait de côtoyer des personnes récemment vaccinées ne devrait pas non plus affecter le cycle menstruel d’une femme.

Toute modification du cycle menstruel après l’administration du vaccin est temporaire, et ne devrait donc pas être une raison d’éviter de se faire vacciner. Cependant, les femmes qui ont des inquiétudes devraient en parler à leur médecin, car les cycles peuvent être retardés pour d’autres raisons également.

La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) le Comité consultatif national de l’immunisation et les experts en santé publique du Canada recommandent tous d’accorder la priorité aux femmes enceintes ou qui allaitent et de leur offrir la vaccination à tout moment (quel que soit le trimestre) pendant la grossesse et l’allaitement si elles sont admissibles et s’il n’existe aucune contre-indication. Si vous avez des questions, et si vous êtes enceinte, prévoyez de l’être ou allaitez, consultez votre médecin au sujet des vaccins contre la COVID-19.

Il n’existe aucune preuve qu’un vaccin, y compris les vaccins contre la COVID-19, affecte la fertilité des femmes ou des hommes.

Il y a très peu de raisons pour lesquelles une personne ne devrait pas recevoir le vaccin contre la COVID-19.

Vous ne devriez pas recevoir le vaccin si :

1. Vous avez des allergies graves à l’un des ingrédients des vaccins : un ingrédient des vaccins à ARNm qui a été associé à une allergie rare mais grave (anaphylaxie) est le polyéthylèneglycol (PEG), que l’on trouve dans certains cosmétiques, produits de soins de la peau, laxatifs, certains aliments et boissons transformés et autres produits. Note : le PEG n’est pas présent dans le vaccin AstraZeneca et les vaccins Johnson & Johnson. Le polysorbate 80 est un ingrédient des vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson qui a été associé à une allergie rare mais grave. On le trouve également dans certaines préparations médicales (par exemple, les huiles vitaminées, les comprimés et les agents anticancéreux) et les cosmétiques.

2. Vous avez eu une réaction potentiellement mortelle à une dose antérieure du vaccin contre la COVID-19 ou à un composant du vaccin.

Si vous avez eu une réaction anaphylactique dont vous ne connaissez pas la cause, parlez-en à votre médecin. Les réactions allergiques graves et potentiellement mortelles aux vaccins (anaphylaxie) sont extrêmement rares – beaucoup plus rares qu’on ne le pense. L’anaphylaxie peut être évitée dans de nombreux cas et traitée dans tous les cas. Tous les fournisseurs de soins de santé qui vaccinent au Canada sont tenus d’être formés et de surveiller activement l’anaphylaxie et de la traiter immédiatement. Dans de rares cas, sur la base des recommandations d’un allergologue et d’un médecin hygiéniste, une personne peut recevoir un vaccin en milieu hospitalier.

Il n’est pas recommandé de consommer de l’alcool (ou d’être ivre) avant votre rendez-vous de vaccination. Ce n’est pas à cause d’un problème de sécurité du vaccin (interaction entre l’alcool et le vaccin), mais parce que le fournisseur de soins de santé a besoin de votre consentement éclairé avant de vous vacciner. L’alcool peut altérer (diminuer) votre capacité à comprendre pleinement les informations sur la santé et à poser des questions.

Il n’existe encore aucune étude sur la consommation d’alcool et l’efficacité des vaccins contre la COVID-19. Les personnes souffrant d’un trouble de l’usage de l’alcool peuvent avoir un système immunitaire compromis (plus faible) et devraient en parler à leur médecin. Selon l’avis des experts, on ne s’attend pas à ce qu’une consommation modérée d’alcool ait un effet négatif sur la réponse immunitaire au vaccin.

Si vous consommez du cannabis, le vaccin contre la COVID-19 est sans danger pour vous.

Cependant, au moment de votre rendez-vous, nous vous recommandons de ne pas être sous l’effet de la marijuana. Ce n’est pas à cause d’un problème de sécurité du vaccin (interaction entre la marijuana et le vaccin), mais parce que le fournisseur de soins de santé a besoin de votre consentement éclairé avant de vous administrer le vaccin. La marijuana peut altérer (diminuer) votre capacité à comprendre pleinement les informations sur la santé et à poser des questions.

Il n’existe encore aucune étude sur la consommation de cannabis et l’efficacité des vaccins contre la COVID-19. De nouvelles indications suggèrent que fumer du cannabis peut avoir des conséquences négatives sur le système respiratoire et la compétence immunitaire d’une personne. Si vous fumez, il est donc encore plus important de vous faire vacciner contre la COVID-19 pour vous protéger du virus.